02 octobre 2007

Types d'enseignement spécialisé proposés chez nous

L'enseignement spécialisé se scinde en plusieurs types. Chacun de ces types dispense un enseignement adapté aux besoins éducatifs généraux et particuliers des handicapés appartenant à un même groupe, besoins qui sont déterminés en fonction de la nature et de la gravité du handicap principal commun à ce groupe.

Pour les personnes atteintes de handicaps multiples, le type d'enseignement spécialisé est déterminé compte tenu des besoins éducatifs qui, eu égard à l'âge et aux capacités des intéressés, doivent être satisfaits par priorité.

Les types suivants d'enseignement spécialisé sont proposés comme suit sans notre établissement .

Type 2

Pour enfants et adolescents atteints d'arriération mentale modérée et/ou sévère;

Type 4

Pour enfants et adolescents atteints de déficiences physiques;

Type 8

Pour enfants atteints de troubles instrumentaux.

 

 

L'enseignement spécialisé de type 8

 

 
 

D’après le décret, « le type 8 de l’enseignement spécialisé correspond aux élèves pour lesquels l’examen pluridisciplinaire conclut que tout en ne manifestant pas de troubles de l’intelligence, de l’audition ou de vision, ils présentent des troubles qui se traduisent par des difficultés dans le développement du langage ou de la parole et/ou dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture ou du calcul et dont la gravité est telle que, dans un premier temps une intervention particulière dans le cadre de l’enseignement ordinaire ne peut suffire. »

Le type 8 se caractérise donc par des troubles appelés troubles instrumentaux. Cela se remarque par des faiblesses dans l’organisation de l’espace et du temps (on pense entre autre à la latéralité), par des faiblesses au niveau de la parole, au niveau de la motricité et au niveau de la mémoire et de l’attention.

Dans un enseignement de type 8, on rencontre des enfants qui peuvent présenter:

 

  •  
      • une dyslexie,
      • une dysorthographie,
      • une dyscalculie,
      • une dysphasie,
      • une hyperactivité,
      • un bégaiement,
      • une dys...

La dyslexie.

"Un enfant est dit dyslexique lorsqu’il éprouve des difficultés spécifiques et persistantes (par exemple des confusions auditives ou visuelles, des omissions, etc.) lors de l’apprentissage de la lecture (décodage) et, dans la plupart des cas, de l’orthographe (codage).

             Dépistage

Alerte avant 6 ans

  • Un bavage persistant
  • Des difficultés de coordination lors de l'alimentation ou de l'habillage
  • Troubles moteurs mineurs au niveau de la motricité fine des doigts, du poignet et des lèvres notamment
  • L'enfant colorie longtemps en dépassant…
  • Une maladresse importante (au football, l'enfant dyslexique se sent incompétent alors qu'à la course où intervient la motricité globale de tout le corps, il peut être un excellent athlète)
  • Un retard persistant du langage et de la parole
  • Des troubles du rythme
  • Des difficultés d'orientation spatio-temporelle, des confusions gauche-droite
  • Des troubles de la concentration et de l'attention… sur fond d'hyperactivité

     

Alerte après 7 ans… ou 9 ans

  • Confusions visuelles de lettres ou ensembles de lettres qui se ressemblent: p-b, q-d, au-ou, m-n, … (alerte après 9 ans)
  • Confusions auditives de lettres: fache pour vache
  • Omission de certaines lettres ou syllabes: camel à la place de caramel
  • Inversion de lettres ou de syllabes au sein d'un mot: pormener au lieu de promener
  • Additions de lettres: carcamel au lieu de caramel
  • Erreurs dans la reconnaissance de sons complexes: ail, euil, … (alerte après 9 ans)
  • La lecture à haute voix est souvent saccadée, lente, hésitante, mauvaise compréhension de ce qui est lu
  • aux difficultés de coordination
  • au problème de motricité fine (importance des activités manuelles et psychomotrices)
  • à la maladresse (importance des activités physiques et rythmiques)
  • aux problèmes de langage (importance des activités d'expression orale)
  • aux difficultés d'orientation spatio-temporelle
  • aux troubles de la concentration et de l'attention… sur fond d'hyperactivité .
  • la méthode globale d’apprentissage de la lecture est désastreuse pour les enfants dyslexiques. A la fin de la période d’apprentissage, il est difficile de détecter les dyslexiques… alors que la méthode traditionnelle le permet. De plus, l’enfant dyslexique éprouve du mal à repartir des mots pour en détailler le contenu phonographique.
  • on évitera de travailler au même moment les lettres qui ont une ressemblance graphique…
  •  

    Rééducation

         Les instituteurs renvoient volontiers aux parents l'image d'un enfant paresseux et inattentif… Cependant, cet enfant n'a-t-il pas un trouble spécifique de l'apprentissage (la dyslexie) au point qu'il est en situation d'échec? Ainsi, puisque l'école est pour lui une situation d'échec permanent, il a tendance à fuir et à s'en désintéresser.

         La dyslexie est alors prise en charge, sans être totalement guérie pour autant, par des séances de logopédie mais doit être compensée par des adaptations pédagogiques: il est par exemple important que l’attitude de l’enseignant face à l’enfant dyslexique soit POSITIVE!

         Les adaptations pédagogiques renvoient également les enseignants devant les solutions à apporter

    

La dysorthographie

"La dysorthographie est un trouble spécifique d’acquisition et de maîtrise de l’orthographe, caractérisé par des inversions de lettres ou de syllabes, par des confusions auditives ou visuelles, par des omissions, par des erreurs de segmentation, …"

             Dépistage

Les additions, omissions, confusions et inversions observées en lecture se retrouvent également en orthographe.

On ajoutera cependant: 

  • Fusion de mots: lenfanva au lieu de l'enfant va
  • Découpage incorrect: il et coute au lieu de il écoute
  • Même à la copie, l'orthographe de ces enfants est émaillée d'erreurs
L'enfant dysorthographique écrit souvent mal et difficilement 

 Rééducation

La rééducation est fort similaire à celle de la dyslexie

 

La dyscalculie

La dyscalculie est un trouble en mathématiques dû à un dysfonctionnement dans le domaine de la logique, de la construction des nombres et des opérations sur les nombres.

Dépistage

  • Refus de participer
  • Echec lors des activités pré-mathématiques des données spatiales ou temporelles
  • Non acquisition des tables
  • Difficultés à résoudre des problèmes
  • Difficultés à gérer l’argent
Difficultés à gérer un emploi du temps...

            Rééducation

  Compensation: la calculatrice, à un certain âge, peut compenser le problème d'opérations...!

  • Méthode pédagogique adaptée: permettre à l'enfant en difficulté d'avoir sa propre "nourriture pédagogique"
  • Séances de logopédie
  • Éventuellement séances de psychomotricité
  • Éventuellement psychologue  

 

Dysphasie

  • A 18 mois, l'enfant n'emploie encore aucun mot
    A 24 mois, l'enfant ne fait pas de phrases significatives
    A 3 ans, le langage de l'enfant est inintelligible
    En fin de maternelle, l'enfant est jugé immature…

La dysphasie est un trouble sévère du langage oral. La parole est inintelligible.

Les enfants dysphasiques souffrent de troubles précoces et isolés du langage: ils parlent mal et tardivement. Ni sourds, ni autistes, ni attardés et encore moins déficients mentaux, ces enfants ne présentent pas non plus d’anomalie cérébrale…

                          Dépistage

Les enfants dysphasiques présentent tous à des degrés divers les mêmes signes.

Les troubles phonologiques sont constants et sévères.

Comme dans le cas du retard simple de langage, l’enfant simplifie les mots. Voiture devient "ouatu". Des inversions de sons sont parfois notées (crapaud pour capraud)

Les troubles de la perception sont constants et portent sur les sons proches. L’enfant confond par exemple "tra" et "pra".

Il reconnaît difficilement les séquences rapides et a du mal également à reproduire des rythmes sonores cadencés.

La syntaxe est simplifiée: pas d’articles ou de pronom personnel, inversion de mots, pas de respect de la conjugaison.

L’enfant dysphasique présente très souvent des troubles semblables à la dyslexie et à la dysorthographie.

Il éprouve des difficultés à convertir les phonèmes en graphies, à isoler les mots les uns des autres dans une phrase.

La calligraphie fine est souvent chaotique et maladroite.

Rééducation

"L'enfant compense son envie de communiquer par un langage gestuel et un regard expressif"
 
La prise en charge thérapeutique passe avant tout par la rééducation orthophonique. Idéalement, une séance de logopédie devrait avoir lieu par jour. Cependant, l’enseignant aura lui aussi une méthode adaptée:

  • Favorisation de la communication non verbale puis verbale
  • Mise en place de la lecture avec support gestuel

  • L'hyperactivité

"L’hyperactivité est un regroupement de symptômes qui se traduisent par :

  • l’agitation
  • l’impulsivité
  • des troubles de l’attention

C’est une pathologie chronique -un enfant peut être hyperactif si ces troubles durent pendant au moins 6 mois- et qui commence tôt, vers l’âge de 6 - 7 ans. C’est d’ailleurs en général à l’entrée de l’école primaire que le problème devient visible."

Écrit par G.M. | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.